Analyse de l'actualité et du box-office cinématographique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

06 mar.

Pronostics des sorties du 07 Mars 2007

- Les Témoins
Nouvelle réalisation de Téchiné avec un casting 4*. C'est cependant une petite distribution qu'a choisi d'adopter UGC (169 écrans). La période n'est pas très bonne (plusieurs films ont cartonné récemment), et le film certainement un peu abrupte. Nul doute que Les Témoins arrivera à toucher le premier cercle (200 000 personnes) pour aller titiller le résultat du le scode de Les égarés soit 450 000 entrées.
--> Mon pronostic: 400 000 entrées

- Contre-enquête
Le film peut compter sur sa tête d'affiche, Jean Dujardin (OSS 117 et ses 2,3 millions ou Brice de nice et ses 4,4 millions) mais dans un rôle sombre. Le film suscite de la curiosité (cf. le forum Allociné) mais les critiques presse sont moyennes. Il y a également eu beaucoup de polars Français ces derniers temps (Le Serpent ou Pars vite ...) ce qui peut lassé un public qui n'est pas extensible. Si il est clair que le distributeur à lorgné vers les 2millions d'entrées de 36 Quai des Orfèvres, la période ne me semble pas propice à un tel succès.
--> Mon pronostic: 800 000 entrées

- Le Voile des illusions
Dur de prévoir le résultat d'un film pareil. Une petite indication de la part du distributeur qui le sort sur 189 écrans, le million n'est donc pas visé. Je pencherai pour un score proche du dernier film de Edward Norton, soit L'illusionniste et ses 280 000 entrées.
--> Mon pronostic: 200 000 entrées

06 mar.

Le dernier roi d'Ecosse: vies et morts sous la terreur

  l'avis
de
Julie

Forest Whitaker n'est pas le seul atout de cette oeuvre majeure qui retrace l'époque d'enfer qu'ont vécue les ougandais dans les années 1970, sous le régime d'Amin Dada.
La performance de Forest Whitaker n'est même pas à rappeler. L'acteur est tant habité par le rôle qu'il transpire d'un bout à l'autre (au sens propre et figuré) la folie.
Il incarne à la perfection le rôle de ce dictateur sanguinaire paranoïaque, mégalomane, schizophrène qui, de 1970 à 1979, a semé la terreur dans un pays en quête d'espoir et de repère, en y tuant près de 300.000 personnes.
Le film a pris le parti de décrire l'homme vu du regard d'un jeune médecin écossais, Nicholas Garrigan (James Mac Avoy) .Amin qui se prend d'affection pour ce dernier décide très vite d'en faire son médecin personnel puis son plus proche conseiller. Pogressivement celui-ci prend conscience de la folie de son protecteur.

Lire la suite


05 mar.

Box-office week-end semaine 9

Chute générale pour ces 5 premiers jours de la semaine. Les nouveautés peinent (Dreamgirls n'est même pas dans le top 5).
1. La Mome : 644 688
2. Taxi 4 : 570 630
3. Michou d'Auber : 260 551
4. La nuit au musée : 242 615
5. Ghost Rider : 238 499
6. Le nombre 23 : 198 672
A noter que La vie des autres progresse de 15% avec déja 107 118 entrées sur ces 5 jours.

04 mar.

Comprendre les Lettres d'Iwo Jima

Merci Monsieur Clint Eastwood pour avoir compris, avec une grande humanité, la nécessité nous faire partager les derniers instants de ces hommes très ordinaires dans l'horreur de la guerre.
Les sacrifices pour retarder l'avance des Américains, et chaque défenseur nippon devait sacrifier sa vie en causant le maximum de pertes à l'ennemi.
Les sacrifices inutiles au nom de la patrie bien aimée et au nom de l'honneur. Et ceux qui ne meurent pas au combat se suicident.
Sur les 22.000 japonais de l'île, seuls 1.000 survivants.

Voilà le thème du film.
Jamais l'histoire officielle ne voudra nous faire comprendre le drame des hommes.
C'est l'honneur de Monsieur Clint Eastwood de forcer ces histoires individuelles en miroir de l'Histoire alors que les témoins ont disparu. La marine impériale nippone est déjà défaite.
La bataille pour Iwo Jima - petite île perdue du Pacifique- est perdue d'avance mais l'état major japonais demande le sacrifice ultime à ses soldats.
Absence à l'écran de ces élites militaires fanatisées pour lesquelles l'honneur de combattre pour la patrie et de réclamer le don de soi (l'autre, bien sur) l'emporte sur le sauvetage des hommes.
Mais la radio de ces élites diffuse des chants patriotiques interprétés par des enfants.
Comprenez bien : la cause est déjà perdue mais la Nation réclame qu'en même cet ultime sacrifice.
Quelle est la nature de cette Nation qui réclame le sacrifice suprême au nom de l'honneur; et la Nation devient alors un monstre qui dévore ses propres enfants.
En mettant en scène les textes des dernières lettres des soldats, jamais envoyées, véritables vestiges archéologiques des derniers jours, le film ausculte les ultimes parcelles de ces hommes. Matérialisation de la peur, du patriotisme, du sens de l'honneur, de la lâcheté, du fanatisme impitoyable, de l'espoir de survivre à l'enfer.
Réflexion sur le don de soi; jusqu'où la nation peut-elle réclamer ce du ?
Est-ce la tare des nations totalitaires ou fanatisées de ne pas se fixer une telle limite.
Savez-vous que l'Amérique a décidé de l'utilisation de la Bombe A sur Hiroshima et Nagasaki face au fanatisme aveugle des militaires japonais prêts à combattre jusqu'au bout et à sacrifier tout leur peuple ?
Cruel dilemme pour une démocratie!


02 mar.

Analyse Box-office France semaine 8

Un box-office au top de sa forme
Pour la deuxième semaine consécutive le box-office dépasse les 6 millions de spectateurs ce qui est beaucoup. Signe d'une semaine forte pas moins de 6 films affichent une moyenne au dessus de 1 000 spectateurs par copie alors qu'une semaine normale il y en a 1, 2 tout au plus.
La Môme montre qu'il fait parti de la race des gros succès en ne baissant que de 18% cette semaine alors que Taxi 4 appartient à celle des blockbuster en baissant de 45% en deuxième semaine. C'est dans les deux cas des resultats remarquables.
La Môme a certainement dépassé Taxi 4 lorsque cet article sera publié et je me sens bien incapable de prédire une quelconque fin de carrière (7, 8 millions ?).

Du côté des nouveautés
Grosse semaine avec 6 sorties majeures (plus de 200 salles). Comme prévu c'est Ghost Rider qui démarre le plus fort avec une 1ère semaine au-delà de 500 000 entrées et une bonne moyenne de 1 230 s/c.
Je suis tout de même surpris par l'excellent démarrage de Danse avec lui (1 172 s/c) et Je crois que je l'aime (1 436 s/c) qui nous prouve ainsi qu'un film peut fonctionner même avec une affiche merdique. Dans un autre registre Lettres d'Iwo Jima ne rate pas son démarrage. Le distributeur a miser sur la discrétion et le bouche-à-oreille (141 écrans). Vu la qualité du film ce choix sera surement payant.
Tout le monde ne peut pas gagner. Scorpion (545 s/c) ne devrait pas dépasser 300 000 entrées (un échec) et dans une moindre mesure les 651 s/c de La ferme en folie ne pourront pas lui permettre de résister en 2ème semaine.

Lire la suite


02 mar.

Lettres d'iwo Jima, lettres de guerre

  l'avis
de
Julie

Le film dépeint, avec un très grand esthétisme la bataille au cours de laquelle les troupes américaines ont fait tomber Iwo Jima, île stratégique pour le Japon, au cours de la seconde guerre mondiale.
C'est plus particulièrement les derniers jours de soldats japonais que Clint Eastwood nous raconte à travers la lecture, en voix off, des lettres que ces derniers ont pu écrire à leur famille.
Si le film montre avant tout l'absurdité de la guerre en général, il décrit aussi avec sensibilité les qualités humaines essentielles: le courage, l'honneur, la volonté, l'amitié. Il rappelle aussi les comportements moins glorieux de ceux qui, d'un bord comme d'un autre, sont violents et inhumains.
Le réalisateur ne prend pas parti. Au contraire. Il laisse le spectateur face à l'absurdité de la guerre.
Mais il montre aussi combien la culture japonaise est très différente de la culture occidentale, comment les hommes préféraient alors se donner la mort plutôt que voir la défaite de l'empire.
L'honneur décrit ici est plus fort que celui qui est communément admis par les occidentaux.
Mais le film n'est en rien manichéen car alors que la bravoure de certains soldats qui se tuent peut y être saluée, le "déshonneur" ayant conduit certains à se rendre ou à refuser même de se suicider n'y est jamais condamnée.
La description de la "guerre des cavernes" est sublime. Le spectateur est plongé tout le long du film dans une couleur à peine descriptible: entre le jaune, le vert, le marron, le noir, le sang. Il a l'impression d'être engoncé dans du sable noir, celui de l'île, ou dans du sable rouge, celui des cavernes.
La musique n'est pas en reste et on peut féliciter ici Kyle Eastwood, qui n'est autre que le fils de...
La longueur du film , 2 h19, ne doit pas faire reculer le spectateur qui constatera une nouvelle fois le génie de Clint Eastwood.

02 mar.

Quand "Chronique d'un scandale" "Parle avec elle" ...

Non, il n'y a pas que les comédies qui sont en panne d'inspiration quand le moment crucial de la création de l'affiche approche. Alors quoi de plus naturel que de regarder ce que les copains ont fait.

Les codes du drame sont simples:
  • Plan serré des personnages principaux
  • Donner une couleur aux personnages
  • Le rouge donne plus de densité
  • Une femme de profil et l'autre de face
  • Les personnages sont l'un derrière l'autre
Après la théorie, la pratique:

  

28 fév.

Box-office France semaine 8

Encore une très grosse semaine avec un nombre d'entrées cumulées au-delà de 6 millions de spectateurs. Cette semaine c'est La Môme qui passe devant Taxi 4 tout deux faisant preuve d'une grande stabilité (La Mome a augmenté son nombre de copies). Du coup les nouveautés sont reléguées en deuxième partie du top.
1La Môme (2, -18%)1 296 9442 870 592
2Taxi 4 (2, -42%)1 174 6043 185 340
3Ghost Rider523 901523 901
4La nuit au musée (3,-10%)456 6841 657 903
5Danse avec lui361 071361 071
6Je crois que je l'aime360 449360 449
7La ferme en folie160 674160 674
8Blood Diamond (4,-31%)157 4271 131 111
9Odette Toutlemonde (2,-34%)143 453670 692
10Les lettres d'Iwo Jima136 677136 677

Nombre d'entrées cette semaine: 6 051 524 entrées (source cbo).

27 fév.

Pronostics des sorties du 28 Février 2007

- Michou d'Auber
Dernier film de Thomas Gillou qui s'est spécialisé dans la comédie sociale (La vérité si je mens et ses 4,9 millions pour le premier opus et 7,4 millions pour le deuxième). Le réalisateur s'est entouré de deux stars du cinéma Français (G. Depardieu et N. Baye). Les critiques sont plutôt mauvaises et la promotion du film peine à le faire exister. Sortie sur une grosse combinaison (400 écrans), je parie sur une exploitation à la Olé (600 000 entrées).
--> Mon pronostic: 640 000 entrées

- Dreamgirls
Un succès aux US ($100M) sur un groupe Américain (The Supremes) fait-il obligatoirement un succès en France ? Il y a bien sûr Ray qui avait totalisé 1,5 millions d'entrées, mais Ray Charles n'est pas n'importe qui en France. Les critiques sont bonnes dans l'ensemble et le distributeur y croit (400 salles). Il ne faut toutefois pas oublier que La Môme est encore au début de son exploitation et risque de lui faire de l'ombre.
--> Mon pronostic: 700 000 entrées

- Le nombre 23
Joel Schumacher c'est souvent des films qui sous exploitent des thèmes pourtant forts (8MM, Tigerland). Ce n'est pas un auteur qui a connu de gros succès en France (8MM avait réalisé 630 000 entrées, Phone Booth 720 000 entrées). Le distributeur a décidé de ne pas épuiser le film en le sortant sur une combinaison raisonnable de 250 copies.
--> Mon pronostic: 550 000 entrées

- Entre adultes
Voici le dernier film de Stéphane Brizé. Ce nom ne vous dit certainement pas grand chose mais vous avez surement entendu parler de son précédent film Je ne suis pas là pour être aimé qui avait connu une carrière tout en longueur (1ère semaine à 60 000 entrées et une fin de carrière à 250 000 entrées). Sans têtes d'affiche et avec étouffé par une actualité ciné riche, le pari est risqué pour TFM. Je n'ai pas le nombre de salles il n'est donc pas facile de connaitre les intentions du distributeur.
--> Mon pronostic: 180 000 entrées

27 fév.

"La vie des autres" ou la symphonie de l'homme bon

  l'avis
de
Julie

Ce film est certainement l'un des meilleurs de ce début d'année 2007. Il tire sa force du sujet dont il traite (la police politique en RDA à la fin de la guerre froide et l'atteinte à la liberté de pensée) mais également de la manière dont il a décidé de l'aborder, à travers le regard d'un membre de la Stasi qui comprend progressivement les dangers du système dont il est l'un des rouages.
Wiesler, laborieux policier de la Stasi, est chargé sur ordre du ministre de la culture de surveiller un célèbre écrivain, Georg Dreyman et sa compagne , l'actrice Christa-Maria Sieland, soupçonnés d'appartenir à un groupe d'intellectuels opposé au Parti.
Progressivement, Wiesler tombe sous le charme de ce couple qui baigne dans la culture, le romantisme, le raffinement.
Il comprend la pression subie par l'actrice qui la pousse dans les bras de l'odieux ministre qui se sert du Parti pour tenter de faire sombrer l'écrivain. Il cherche à réunir le couple et bien vite à les protéger du système. Quand il s'avère que l'écrivain participe effectivement à une entreprise de déstabilisation du Parti en faisant passer clandestinement des articles subversifs à l'Ouest, Wiesler est prêt à tout pour cacher les informations qu'il détient.
Sa fascination n'est pas celle d'un voyeur mais celle d'un homme sensible qui perçoit les limites et les incohérences du communisme qui annihile toute pensée et toute créativité.
Dans un premier temps le film est là pour nous décrire le calvaire qu'ont dû subir les intellectuels de l'Est pendant la guerre froide et l'atteinte à toute liberté de pensée.
Et puis, progressivement il nous montre le regard d'un homme, intrinsèquement bon, qui, avec pudeur et humilité va oeuvrer pour le bien être de ce couple d'intellectuels au prix de sa propre existence.
Dans cette atmosphère étouffante, il nous montre aussi comment l'Homme a pu être prêt, dans cette période sombre de l'histoire, à s'asservir, à vendre son âme, son corps au Parti et à trahir les siens.
Ce qui est fascinant dans ce film c'est la mesure et la pudeur avec laquelle il dépeint des sentiments qui se révèlent pourtant extrêmement forts.
Ce chef d'oeuvre est incontournable et mérite son oscar du meilleur film étranger.

26 fév.

Box-office week-end semaine 8

Encore une grosse semaine en perspective au vu des chiffres sur les 5 premiers jours. Ghost Rider démarre fort avec une moyenne déja au dessus de 1 000 s/c (il y a 425 copies).

1. La Mome : 1 022 476
2. Taxi 4 : 950 171
3. Ghost Rider : 433 691
4. La nuit au musée : 351 727
5. Je crois que je l'aime : 293 579


26 fév.

"INLAND EMPIRE", attention chef d'oeuvre

  l'avis
de
dbuk1000

Attention chef d'oeuvre!!! Mais à ne pas mettre entre toutes les mains: INLAND EMPIRE, le dernier né de DAVID LYNCH.
Celà ressemble à un film mais ce n'est pas un film mais plutôt une chorégraphie des rêves sur la sublime musique de PENDERECKI. C'est un long ( près de 3 heures) voyage onirique au cours duquel David Lynch vous invite à participer à une forte expérience psychique de déconstruction puis de reconstruction de l'univers des rêves et des angoisses de son héroïne. Comme dans un rêve, vous passez de l'inconscient au conscient et vous sombrez à nouveau dans l'inconscient. Les limites matérielles sont effacées ; des scènes commencent sur Hollywood boulevard en été et se prolongent dans la vieille ville de LODZ en hiver. L'univers de LYNCH est "poreux" comme dans un rêve on pense attraper le réel et il s'efface et le spectateur passe au travers du miroir subjugué par la beauté impitoyable des visages, des perspectives inquiétantes des lieux, des jeux des lumières, des détails architecturaux ou sordides.Le spectateur devient acteur du rêve. Déconcertant et épuisant.
J'ai pensé à BUNUEL, à FELLINI, à POLANSKI, à KUBRICK et à BERGMAN.
Mais j'ai surtout pensé à BRUNO SCHULTZ et à ses BOUTIQUES de Cannelle.
Courrez- y vite avant qu'il ne soit trop tard.

23 fév.

Analyse Box-office France semaine 7

Il y en a pour tout le monde
On a souvent l'occasion de dire que le cinéma est un marché d'offre et le box-office de cette semaine en est l'illustration immédiate. En effet, on avait peur que Taxi 4 et La Môme ne se fassent de l'ombre mais finalement chacun à pu trouver sa place et son public. Taxi 4 affiche 2 319 s/c, La Môme affiche 2 331 s/c (pour mémoire Prête-moi ta main pour sa 1ère semaine affichait 2 262 s/c). On considère qu'au dela de 1 000 s/c c'est un démarrage réussi, vous mesurez donc l'ampleur de l'exploit.
Le dernier roi d'Ecosse avec 92 000 entrées sur 103 copies ne rate pas non plus son entrée. La moyenne est bonne (893 s/c), le film devrait avoir une carrière longue.
Par contre The good German affiche 547 s/c (67 000 entrées). On est très loin des chiffres que l'on pouvait attendre du duo Soderbergh / Clooney.

Lire la suite


21 fév.

Box-office France semaine 7

Gros box-office cette semaine avec les locomotives Taxi 4 et La Môme qui ne ratent pas leur première semaine. Les films en continuation se maitiennent plutôt bien.
1Taxi 42 010 7362 010 736
2La Môme1 573 6481 573 648
3La nuit au musée (2,-27%)507 0421 201 219
4Blood Diamond (3,-30%)227 683973 684
5Odette Toutlemonde (2,-34%)209 760527 239
6Hannibal Lecter les origines... (2,-37%)202 964524 904
7Molière (3,-33%)185 166848 594
8A la recherche du bonheur (3,-32%)157 432728 332
9La vie des autres (3,-19%)132 696432 813
10Le petit monde de charlotte (2, -6%)98 818204 050

Nombre d'entrées cette semaine: 6 116 390 entrées.

21 fév.

"La nuit au musée" - une comédie calibrée pour les vacances

  l'avis
de
Jérôme

Larry (Ben Stiller) désespéré de passer pour un looser aux yeux de son fils décide d'accepter le travail de veilleur de nuit au musée d'histoire naturelle qu'on lui propose. Il va très vite s'apercevoir que le dicton "c'est la nuit que le musée s'éveille" peut devenir une réalité effrayante.
Attention, si vous vous attendez à voir Ben Stiller et Owen Wilson dans un de leur fameux duo (Stasrky & Hutch par exemple) il vaut mieux passer son chemin. La nuit au musée n'est ni corrosif ni vraiment drôle. Certes on sourit mais ce film est clairement calibré pour être une comédie familiale qui louche vers les spectateurs âgés entre 8 et 12 ans.
Bien sûr, les effets spéciaux sont bien réalisés. Bien sûr, l'histoire fonctionne. Mais naïvement je m'attendais à un peu plus.
Il restera des acteurs mythiques dans des seconds rôles (je vous conseille de jeter un coup d'oeil à la fiche IMDB de Mickey Rooney) et une comédie plaisante mais surtout pour les plus jeunes.

propulsé par DotClear