Marc Fitoussi (le réalisateur) ne choisit jamais la facilité dans son récit et s'en sort toujours admirablement. En choisissant une ville austère du Nord comme lieu quasi unique de son récit il aurait pu tomber dans un misérabilisme convenu mais au contraire ce lieu gris en ressort lumineux à l'image du maquillage multicolor de Babou. La difficile communication entre une mère et sa fille est tout aussi finement traitée. L'inversion des rôles, c'est la fille qui donne des leçons et la mère qui prend à coeur de prouver qu'elle peut être responsable, est le ressort d'une comédie jamais appuyée. Les actrices (puisque les hommes sont quasi absents du film) sont justes, Isabelle Huppert et Aure Atika en têtes et même si j'avoue que le jeu de Lolita Chammah (la vraie fille de Isabelle Hupper dans la vie) m'a parfois laissé de marbre cette galerie de femmes est bien croquée. Copacabana est un film sensible, touchant qui mérite de trouver sa place.