Montagne russe des sentiments, Polisse est une oeuvre cinématographique majeure de cette année. Car outre le propos fort dont il traite, ses acteurs sont exceptionnels, merveilleusement bien dirigés, ses dialogues sont ciselés. Entre bouffées de rire et bouffées d'air, le drame se joue, encore et encore. Il y a bien sûr JoeyStarr, l'acteur incontournable du film qui dégage un magnétisme et une animalité incroyables. Il est l'un de ceux qui vivent leur mission, comme un chevalier parti pour une croisade. Mais il est loin d'être seul. Toute l'équipe de la brigade de protection des mineurs est jouée par des acteurs attachants et forts. Et si chacun n'a pas la même place (J.Starr, K.Viard et Marina Foïs sont clairement, à mon sens, centraux), il n'en reste pas moins qu'il apporte sa grande contribution à l'oeuvre. La réalisatrice nous fait aimer cette équipe, chacun d'eux et suscite chez le spectateur une profonde empathie pour ces chevaliers modernes. Aucun ne sort vraiment indemne d'une mission. Il y a les plus jeunes dont l'existence n'est pas encore profondément métamorphosée. Il y a les anciens dont on voit qu'ils sont modifiés dans leur vie quotidienne. L'altruisme et l'amour portés pour les enfants en souffrance leur font presque oublier les leurs. Leur font oublier leur maison, leur partenaire de vie. L'abnégation semble le seul moyen de venir en aide à ces enfants. Maïwenn nous montre l'équipe comme une grande famille qui s'aime, se déchire, s'admire et s'engueule. La connivence générale et parfois plus particulière est magnifiquement portée à l'écran.
Je ne pourrais écrire ici les scènes qui se succèdent et qui ont imprégné ma mémoire. Les situations les plus indicibles se succèdent les unes aux autres. En chacun de nous sommeille l'enfant qu'il a été. On ne peut donc sortir indemne de ce film. Il évoque notre vie passée. Et pour ceux qui sont parents, le drame susceptible de se produire. Le premier coupable - néanmoins pas le seul- reste le parent. Le premier foyer de maltraitance demeure donc la maison parentale. On le savait. Mais la réalité mise à nu devant le spectateur est effrayante.
Polisse mérite une longue carrière. D'être vu par chacun. Pour voir et comprendre. Sortir de son quotidien pour pénétrer celui de l'autre qui vit en enfer me paraît essentiel. Maïwenn avec Polisse nous offre cette possibilité. Je l'en remercie.

Mini-fiche de Crazy Stupid Love