Alors que son dernier film, Black Swan, vient de franchir la barre symbolique de $100 millions de recette au box-office US je vous propose un petit retour sur la carrière des films d'un réalisateur toujours encensé par la critique mais qui a du attendre (un peu) pour connaître son premier gros succès public.
La carrière de Darren Aronofsky démarre avec Pi (1998), petit film ($60 000 de budget) qu'il finance en demandant de l'argent à ses amis. Premier film et c'est déjà un pluie de louanges que le jeune réalisateur (29 ans) récolte avec un Prix de la mise en scène gagné lors du prestigieux festival de Sundance. S'il est financièrement rentable, sa carrière au box-office est loin d'être un carton cumulant $3M de recette.
Vient ensuite l’envoûtant Requiem for a dream (2000) qui lui permet de collaborer avec l'un des plus grand écrivain américain du XXème siècle, Hubert Selby Jr (Le démon c'est lui !). Encore une fois la critique s'affole (et c'est largement mérité) mais le résultat au box-office est plutôt médiocre avec $3M aux US et seulement $7M au total.
Tout le monde à l'impression qu'un grand réalisateur est né, du coup son prochain film est l'ambitieux The Fountain (2006). Gros échec au box-office, doté d'un budget conséquent de $35M le film ne récolte que $16M dans le monde.
Darren Aronofsky rebondit avec The Wrestler, un petit film ($6M) très largement rentable puisqu'il cumule $26M aux US et $44M dans le monde. Ce n'est toutefois pas un véritable carton public alors que le film reçoit le Lion d'or à Venise et permet à Mickey Rourke de relancer sa carrière avec un Golden Globe en poche.
Il faudra finalement attendre Black Swan et cette histoire aussi ardue qu’envoûtante pour que le succès public soit à la hauteur de la qualité du film. Avec $100M au compteur et certainement plus de $200M dans le monde en fin de carrière c'est la consécration pour un film qui à coûté moitié moins cher que le Rien à déclarer de Dany Boon !