l'avis
de
Jérôme
Riche d'une promesse alléchante (du sang et du sexe) et de quelques critiques plutôt enthousiastes (Lucile ou Thomas) ma déception n'en a été que plus grande. Car sous couvert de faire un film de genre décomplexé Alexandre Aja (le réalisateur) n'était pas obligé d'oublier de soigner son scénario ou de nous livrer une 3D très décevante.
Comme chaque année l'été commence dans la petite ville de Lake Victoria avec une orgie dantesque où l'alcool et les filles coulent à flots. Seulement voilà, un tremblement de terre libère des piranhas jusqu'ici bloqués dans les profondeurs du lac. Les petites bestioles ont bien envie, elles aussi, de participer à la grande fête qui se prépare.
Je lis et j'entends que le film est bourré d'humour et que le réalisateur à le culot d'aller jusqu'au bout du film concept et même tout cet exercice m'a globalement laissé de marbre il faut avouer que c'est vrai. Piranha 3D ressemble à un gros clip de RAP bien bourrin avec des filles bien foutues qui dansent sur de la musique techno le tout recouvert par une couche de gore débridé. Certaines scènes sont assez drôles et plutôt bien vues mais le tout est relativement indigeste car le scénario est non seulement débile mais surtout paresseux. Les personnages fils rouges sont quasi inexistants et l'histoire s'arrête aussi vite que le film commence.
La 3D est mal fichue, voire dérangeante sur certaines scènes comme celle de Richard Dreyfuss pris dans le tourbillon du lac. Tout cela donne mal à la tête et vous fait regretter de payer aussi cher le prix de la place.
Alors si Alexandre Aja voulait filmer des Piranahas bouffer des filles plutôt jolies il a réussi son coup, quant à faire un film de cinéma c'est une autre histoire...