J'avoue, mon titre est un brin provocateur car même si le démarrage de La première étoile est très bon (60 000 entrées pour son premier jour d'exploitation), on est loin du phénomène ch'tis. J'ai tout de même l'impression que l'ambiance autour du film ressemble à celle que nous avons connu lors de la sortie du film de Dany Boon. A l'époque des Cht'is, Asterix venait de sortir et malgré une promotion intensive le film faisait l'unanimité contre lui. Le budget, les salaires, les objectifs de spectateurs ont été largement débattus dans la presse avec au final 6.8 millions de spectateurs, soit très loin des 10 millions que le film lorgnait. Asterix symbolisait le produit marketing et Bienvenue chez les Cht'is un film simple et authentique.
Aujourd'hui nous avons Coco qui a démarré sur les chapeaux de roues (1.8 millions en 1ère semaine). Là encore la presse est mauvaise et les premières réactions ne nous permettent pas d'envisager un bouche à oreille positif. Cette fois ci encore le film ressemble plus à un produit marketé pour faire des entrées qu'à l'expression d'un cinéma authentique. C'est donc dans une ambiance anti-Coco que démarre La première étoile, un petit film (5M€ de budget) sincère, il n'en fallait pas plus pour que la presse oppose ces deux comédies...
Alors même si la route de Lucien Jean-Baptiste est encore longue on peut d'ores et déjà prédire un beau succès pour La première étoile, 1 millions d'entrées, plus ?