Est-ce seulement leur amertume, voire leur déception, celle de perdre une guerre, qui a insufflé le courage à ce groupe de militaires de se confronter au dictacteur? Ou est-ce leur amour pour leur patrie et leur volonté de montrer la face héroïque d'une Allemagne qui les a poussés dans leur dessein? C'est tout ça à la fois. Il y a donc beaucoup de fierté et d'honneur. Ces hommes là n'ont pourtant pas voulu et tenter de renverser Hitler assez tôt. Ils n'ont d'ailleurs jamais été animés que par un sentiment de bravoure et d'honneur militaire. N'est-ce donc pas assez pour oser leur reprocher d'avoir attendu l'année 1944 pour tuer la bête?
C'est la première idée que j'ai eue en regardant Walkyrie le dernier film de Bryan Singer: Pourquoi avoir commencé à résister si tard? Pourquoi avoir attendu les grands moments de faiblesse du führer pour avoir osé, enfin, s'attaquer à lui. La forteresse semblait inébranlable....La terreur était semée par les SS. Le pouvoir contrôlé, bloqué, bouclé par une poignée d'hommes charismatiques dont la folie, sans limite, emportait tout sur son passage. C'est peut être pour ça qu'ils ont attendu 1944 pour lancer l'opération Walkyrie.
On apprend, à la fin du film, que Walkyrie est le 15ème des attentats manqués contre Hitler...La résistance existait donc. Mais si la Wermacht n'avait pas échoué, si les projets militaires n'avaient pas été écrasés sur le front russe et par les Alliés en Afrique et en Europe, cette résistance serait-elle née? La réponse reste ouverte. Le film ne nous dira pas si ces hommes courageux étaient animés par autre chose que leur "seul" honneur militaire.
Et pourtant, on a, très vite, une grande admiration pour chacun d'eux. Pour le Colonel en particulier. Joué admirablement bien par un Tom Cruise grandiose, le personnage est fougueux et à la fois pragmatique. Il emporte avec lui, tous les autres. Sans lui, le projet ne serait même pas né. Avec lui, le projet échoue. Mais peu importe. Le film est un hommage rendu à cet homme.
Traiter de ce sujet mal connu au cinéma était intéressant. Et le projet a été assez bien mené. Bryan Singer est un bon réalisateur. On le savait (Usual Suspect, XMen).
Pourtant, le film a une grande faiblesse: ses 30 premières minutes. Le réalisateur était bien obligé de montrer le contexte, dresser le tableau. Quels étaient ces hommes? D'où venaient-ils? Comment le projet était-il né? Mais avant que Walkyrie se mette réellement en marche, un temps infiniment long se passe. Dès que la partition est écrite et le ton donné, la musique fonctionne, comme une marche militaire, à l'image de l'opéra de Wagner. Non, ce n'est pas une simple marche militaire, rythmé et sans emphase. Le ton monte, crescendo. Et l'adrénaline aussi. Le spectacteur s'introduit parmi les hommes et tremble même pour eux. Et bien qu'il sache que le complot échouera, il espère, il jouit, à chaque instant, du sentiment de gloire que ces hommes ont dû avoir. Sentiment éphèmère pourtant...
Le film est porté par tous ses acteurs. Car Tom Cruise n'est pas le seul à remplir son rôle d'homme d'honneur. Avec lui, il y a tous les autres. C'est sur eux que repose, en grande partie, l'intérêt du film. Ils ont su faire de ces hommes, ces militaires meurtris, ces résistants de l'avant-dernière heure, des hommes d'honneur.
Le sujet est fort, les acteurs inspirés, l'histoire bien menée et pourtant il manque à Walkyrie ce petit quelque chose qui fait d'un film honorable une grande oeuvre. Bryan Singer n'a peut-être pas suffisamment osé pénétrer l'esprit des hommes et a préféré rester en surface....Quel dommage!