l'avis
de
Julie
Et si finalement un film des frères Cohen pouvait être mauvais....J'ai beau vouloir faire ma méchante et même là, en sortant de Burn after reading qui est un film insipide et bête, je n'y parviens pas. C'est dire que les frères Cohen ont du talent. Les voilà réalisant un film sans AUCUN scénario véritablement construit et pourtant ils parviennent à en faire "quelque chose" de regardable...Auraient-ils un don? Ils savent s'entourer d'une horde d'acteurs incroyables, impeccables (John Malkovich, Brad Pitt, George Clooney, Frances McDormand, Richard Jenkins, J.K Simmons), les diriger, bien mener leur réalisation, choisir une bonne bande son. Deux ou trois blagounettes, des personnages loufoques et le tour est joué....Visiblement cette recette a su charmer son public puisque Burn after reading a déjà comptabilisé plus de 1.200.000 de spectateurs.
Seulement voilà, quand on est un réalisateur incroyablement génial, on ne peut, on n'a pas le droit de se contenter du minimum. Le talent ne suffit pas s'il n'est pas associé à une bonne dose de sueur. On pense ici en particulier à notre cher et tendre Woody Allen qui enchaîne les films comme il pourrait faire des cookies. Ils sont toujours plaisants. Mais à peine regardés, ils sont presque aussitôt oubliés! Non au prêt-à-regarder! Le cinéma n'est pas qu'un divertissement. C'est de l'Art. Le 7ème peut-être, mais qui garde sa place à côté du théâtre, de l'opéra. Il ne doit pas rougir de sa popularité et de son effet de masse. Il peut flirter avec l'humour, le loufoque, l'onirisme sans perdre pour autant sa saveur. M. Gondry et ses délires cinématographiques qui ont dépassé la sphère du loufoque peuvent en dire long là-dessus. J'ai encore les larmes aux yeux en pensant à Soyez sympas, rembobinez... Burn after reading couronnera peut-être la paresse des frères Cohen mais il décevra à coup sûr les inconditionnels des frères réalisateurs. Il pourra être soigneusement rangé avec Intolérable cruauté aussi insipide et sans saveur. Mais il ne pourra faire de l'ombre à tous les autres chefs d'oeuvres qu'ils nous ont jusqu'ici offerts: Barton Fink, Fargo, Blood simple, Miller's crossing, O'Brothers, The Barber et, bien sûr, No Country for old Man.