Comment raconter une guerre sans prendre partie pour l'un ou l'autre des belligérants ? Clint Eastwood a intelligemment répondu à cette question en faisant 2 films sur la même bataille: la conquête du mon Iwo Jima. Grâce à ce traitement hors du commun d'un pan de l'histoire des relations Américano-Japonaise le réalisateur se permet donc d'être partiale pour l'un et l'autre des protagonistes.
Nous avions déja publié deux articles sur ce film:
- Lettres d'Iwo Jima: lettres de guerre
- Comprendre les lettres d'Iwo Jima
La musique de Kyle Eastwood (fils du réalisateur) est pour beaucoup dans l'ambiance pré-apocalyptique qui se dégage du film.
Letters from Iwo Jima [Kyle Eastwood y Michael Stevens - Main Titles]
 
Inutile d'avoir vu Mémoire de nos pères pour apprécier Lettres d'Iwo Jima (je n'ai pas vu le 1er d'ailleurs).
Un petit mot sur le DVD: le son et l'image sont dignes du film (soit excellents). Dans l'édition collector il y a un 2ème DVD rempli de bonus. Il y a surtout un reportage de 20' qui raconte l'histoire du projet. Il nous rappelle que Steven Spielberg est producteur du film et qu'au départ Clint Eastwood n'était pas parti pour en faire 2 (films) mais face au sujet et à sa volonté de traiter équitablement les deux aspects de cette bataille ce choix s'est imposé. Il donne également la parole à Iris Yamashita scénariste de ce volet Paul Haggins (le scénariste de l'autre) ne se sentant pas capable de retranscrire à l'écran les lettres de ses combattants Japonais.
Une séance de rattrapge s'impose...