Analyse de l'actualité et du box-office cinématographique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

27 fév.

Pronostics des sorties du 28 Février 2007

- Michou d'Auber
Dernier film de Thomas Gillou qui s'est spécialisé dans la comédie sociale (La vérité si je mens et ses 4,9 millions pour le premier opus et 7,4 millions pour le deuxième). Le réalisateur s'est entouré de deux stars du cinéma Français (G. Depardieu et N. Baye). Les critiques sont plutôt mauvaises et la promotion du film peine à le faire exister. Sortie sur une grosse combinaison (400 écrans), je parie sur une exploitation à la Olé (600 000 entrées).
--> Mon pronostic: 640 000 entrées

- Dreamgirls
Un succès aux US ($100M) sur un groupe Américain (The Supremes) fait-il obligatoirement un succès en France ? Il y a bien sûr Ray qui avait totalisé 1,5 millions d'entrées, mais Ray Charles n'est pas n'importe qui en France. Les critiques sont bonnes dans l'ensemble et le distributeur y croit (400 salles). Il ne faut toutefois pas oublier que La Môme est encore au début de son exploitation et risque de lui faire de l'ombre.
--> Mon pronostic: 700 000 entrées

- Le nombre 23
Joel Schumacher c'est souvent des films qui sous exploitent des thèmes pourtant forts (8MM, Tigerland). Ce n'est pas un auteur qui a connu de gros succès en France (8MM avait réalisé 630 000 entrées, Phone Booth 720 000 entrées). Le distributeur a décidé de ne pas épuiser le film en le sortant sur une combinaison raisonnable de 250 copies.
--> Mon pronostic: 550 000 entrées

- Entre adultes
Voici le dernier film de Stéphane Brizé. Ce nom ne vous dit certainement pas grand chose mais vous avez surement entendu parler de son précédent film Je ne suis pas là pour être aimé qui avait connu une carrière tout en longueur (1ère semaine à 60 000 entrées et une fin de carrière à 250 000 entrées). Sans têtes d'affiche et avec étouffé par une actualité ciné riche, le pari est risqué pour TFM. Je n'ai pas le nombre de salles il n'est donc pas facile de connaitre les intentions du distributeur.
--> Mon pronostic: 180 000 entrées

27 fév.

"La vie des autres" ou la symphonie de l'homme bon

  l'avis
de
Julie

Ce film est certainement l'un des meilleurs de ce début d'année 2007. Il tire sa force du sujet dont il traite (la police politique en RDA à la fin de la guerre froide et l'atteinte à la liberté de pensée) mais également de la manière dont il a décidé de l'aborder, à travers le regard d'un membre de la Stasi qui comprend progressivement les dangers du système dont il est l'un des rouages.
Wiesler, laborieux policier de la Stasi, est chargé sur ordre du ministre de la culture de surveiller un célèbre écrivain, Georg Dreyman et sa compagne , l'actrice Christa-Maria Sieland, soupçonnés d'appartenir à un groupe d'intellectuels opposé au Parti.
Progressivement, Wiesler tombe sous le charme de ce couple qui baigne dans la culture, le romantisme, le raffinement.
Il comprend la pression subie par l'actrice qui la pousse dans les bras de l'odieux ministre qui se sert du Parti pour tenter de faire sombrer l'écrivain. Il cherche à réunir le couple et bien vite à les protéger du système. Quand il s'avère que l'écrivain participe effectivement à une entreprise de déstabilisation du Parti en faisant passer clandestinement des articles subversifs à l'Ouest, Wiesler est prêt à tout pour cacher les informations qu'il détient.
Sa fascination n'est pas celle d'un voyeur mais celle d'un homme sensible qui perçoit les limites et les incohérences du communisme qui annihile toute pensée et toute créativité.
Dans un premier temps le film est là pour nous décrire le calvaire qu'ont dû subir les intellectuels de l'Est pendant la guerre froide et l'atteinte à toute liberté de pensée.
Et puis, progressivement il nous montre le regard d'un homme, intrinsèquement bon, qui, avec pudeur et humilité va oeuvrer pour le bien être de ce couple d'intellectuels au prix de sa propre existence.
Dans cette atmosphère étouffante, il nous montre aussi comment l'Homme a pu être prêt, dans cette période sombre de l'histoire, à s'asservir, à vendre son âme, son corps au Parti et à trahir les siens.
Ce qui est fascinant dans ce film c'est la mesure et la pudeur avec laquelle il dépeint des sentiments qui se révèlent pourtant extrêmement forts.
Ce chef d'oeuvre est incontournable et mérite son oscar du meilleur film étranger.

propulsé par DotClear