Les raisons d'un chef d'oeuvre
Le scénario bien que très simple nous parle à tous. Aux enfants d'abord, parce qu'on a tous recherché une amitié unique et un peu mystérieuse. Aux adultes ensuite parce que même si le film est très daté, la parfum de nostalgie qui s'y dégage ne laisse pas indifférent.
Avec le temps, c'est devenu un film témoignage. Les enfants pouvaient à leur guise se promener dans les rues de Paris et prendre l'autobus sans crainte (inimaginable aujourd'hui). Paris était une ville en construction: il y a 50 ans la campagne n'était pas seulement un concept bourgeois (campagne à Paris du 20ème arrondissement par exemple) mais une réalité de tous les jours. A ce titre, la scène où Pascal rentre de l'école en passant d'un parapluie à un autre pour éviter les gouttes de pluie devrait figurer dans un musée consacré à Paris. Tout y est: le receveur des autobus (96), des vitriers, les chariots dans les rues etc...
   

La scène finale au cours de laquelle le ballon meurt petit à petit me donne toujours des frissons. Le réalisateur prend son temps, le ballon vacille comme un être humain avant de tomber sous les attaques des voyous (le coup de pied final étant le comble du vice).

Petites anecdotes
Le Ballon Rouge a connu un succès international (prix à Cannes, Oscar du meilleur scénario original), à tel point qu'un long métrage qui prolonge l'histoire du court est sorti en 1960 toujours avec le fils du réalisateur comme interprète principal. Il a d'ailleurs connu un assez grand succès en France puisqu'il a réalisé 1 300 000 entrées en son temps.
A titre anecdotique et aussi incroyable que cela puisse paraître, Alber Lamorisse est également le créateur du célèbre jeu de société Risk.
Je ne suis pas peu fier de vous montrer les premiers pas du chanteur Renaud en tant qu'acteur. Son oncle, David Séchan, étant en effet le directeur de la photographie, il a proposé au réalisateur de faire jouer ses deux neveux (Renaud et son frère jumeau David) dans le film.

Je me souviens d'avoir vu ce film à la télévision lors de l'une de ses nombreuses rediffusions, un mercredi après-midi. Je me souviens de m'être identifié à ce petit Pascal qui trouve un ami magique que les autres envient. Je me souviens encore avoir reçu en cadeau le livre adapté du film (presque aussi connu que le film) lequel a d'ailleurs toujours sa place dans ma bibliothèque. Bref, ce film fait partie des souvenirs d'enfance que l'on s'approprie et qui finalement dépasse l'oeuvre originale.

Je ne saurais trop vous conseiller l'achat du livre (que l'on trouve facilement)