Analyse de l'actualité et du box-office cinématographique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

12 oct.

Citizen Kane


Citizen Kane est un film majeur, et ce à plus d'un titre .
Tout d'abord c'est le premier film d'Orson Welles - et peut-être le meilleur .
Sa construction en flash back initiés par des personnages racontant leur version des mêmes évènements, sans linéarité particulière, a fait preuve d'une originalité dont beaucoup se sont inspiré (Laura en 1944 - Eve en 1950 - La comtesse aux pieds nus en 1954) .
L'analyse du caractère de Charles Foster Kane est d'une finesse psychologique qui évite tout manichéisme, toute morale conventionnelle .
Et surtout, ce film surprend par sa fin, relativisant tout le matérialisme, toutes les définitions habituelles de la réussite .
Et à postériori, on se prend à imaginer que Citizen Kane fut pour Orson Welles un film prémonitoire, relatant ses propres succès et déchéance à venir ; on ne peut que se demander : "quel fut son Rosebud ?" .
Etait-ce ce fameux premier film, était-ce le plaisir de le réaliser, plaisir après lequel il a peut-être couru toute sa vie ?


12 oct.

Le plaisir et la réflexion ...

Le plaisir de la salle noire, de l'écran blanc et d'une histoire qui nous fait rêver ... Ce pourrait être le résumé du cinéma .Mais je ne peux pas m'empêcher d'apprécier encore d'avantage les films à tiroirs, au point d'aimer en trouver partout (des tiroirs) .
L'exemple du film Harry, un ami qui vous veut du bien est interessante à ce titre .La plupart du temps, on a mis en avant les acteurs (notament S.LOPEZ), l'ambiance lourde et prenante, l'originalité, ... .J'ai été surtout sensible à autre chose .
Admettons comme postulat de base que Harry n'existe pas autre part que dans l'imagination du héros ! tout le film prend alors une nouvelle dimension .
Le héros craque de sa femme, de ses enfants, de la route qui n'en finit pas, de ses parents, ... mais sa faiblesse l'empèche de jeter tout ça aux orties .Il profite d'une halte dans une station service pour s'inventer un personnage, issu de son passé qu'il regrette, et qui va l'aider à faire le tri dans sa vie, à remettre tout à plat pour faire ses choix .
A partir de là, il se déresponsabilise de chaque chose qui lui arrive, la mettant sur le compte de ce fameux "ami qui lui veut du bien" .Sa crise de 40 ans devient ravageuse, mais, de son point de vue, c'est Harry le responsable. Le passage le plus parlant étant bien évidemment celui où ses parents meurent : il a enfin "tué" ses parents !
Une fois le travail accompli, Harry ne lui étant plus utile, ce dernier disparait sans laisser de traces, comme s'il n'avait jamais été là ...
Revoyez ce film à travers ce prisme, et vous verrez que tout se tient .
Et vous ressentirez le plaisir et la réflexion !


12 oct.

Retour sur le succès inespéré de "Je vous trouve très beau"

Date de sortie : 11 Janvier 2006
Réalisé par Isabelle Mergault
Avec Michel Blanc, Medeea Marinescu, Wladimir Yordanoff
Genre : Comédie dramatique
Distribué par Gaumont Columbia Tristar Films
L'histoire en deux mots:
A la mort de sa femme le bourru Aymé n'est pas anéanti par le chagrin mais plutôt par le travail que sa ferme lui donne. Il décide donc d'aller chercher une femme pour lui filer un coup de main. La bête tombe petit à petit amoureux de la belle qui arrive à lui faire avoir des sentiments que même lui ne se croyait pas capable d'avoir.
Je vous trouve très beau est une comédie typiquement Française qui n'avait surement pas de quoi exploser au box-office, de prime abord en tout cas:
  • Un premier film
  • Michel Blanc est le seul acteur sur lequel la promotion pouvait (à priori) se reposer
  • La critique a accueilli fraichement le film
Mais à y regarder de plus près, cette comédie avait quelques atouts pour briller au box-office. Tout d'abord, elle pouvait prétendre au titre de comédie rurale qui compte parmi ses rang de nombreux succès tel que Une hirondelle à fait le printemps, Les enfants du marais etc.
La réalisatrice, même si c'est effectivement son premier film, est rompue à l'exercice de la promotion télé en tant que pilier de la bande à Ruquier. Elle pouvait donc compter sur la bienveillance de ses amis du petit écran.
Michel Blanc possède un capital sympathie qui colle très bien avec l'image authentique du film, et ses déclarations dans la presse sont intelligentes. Il qualifie toujours le film de sensible, bien écrit ce qui rassure le public coeur de cible du film, Je vous trouve très beau n'est pas une comédie beauf sur l'univers de la campagne.

Enfin, la date de sortie est également judicieusement bien choisie, en effet les grosses sorties (Harry Potter, King-Kong, Le monde de Narnia) de la fin d'année on maintenant déja 4 à 6 semaines d'exploitation. Le rush étant maintenant passé, ces films entamment leur deuxième partie de carrière ce qui laisse une petite place à un film un peu différent.

Jetons maintenant un coup d'oeil à la carrière exceptionnel de ce film, le démarrage est très bon mais le nombre de copies ne lui permet pas d'exploser. Qu'à cela ne tienne, le distributeur augmente considérablement le nombre de copies et passe de 306 écrans à la sortie du film à 483 en cours de carrière (+50%)
- 1ère semaine: 479 294 (306 écrans)
- 2ème semaine 463 144 (381) (un ticket dans l'espace décoit avec 236 000 entrées)
- 3ème semaine 405 763 (413)
- 4ème semaine 308 081 (423)
- 5ème semaine 298 851 (425)
- 6ème semaine 330 009 (455)
- 7ème semaine 292 221 (451)
- 8ème semaine 223 071 (475)
- 9ème semaine 162 145 (475)
- 10ème semaine 201 455 (483)
- 11ème semaine 93 833 (435)

La longévité, le nombre de semaine à plus de 300 000 et la résistance face à une concurrence dure (les Bronzés sort en 4ème semaine et à pourtant peu d'impact sur l'exploitation) en font un succès populaire profond qui défie les lois de la statistique.
Pour arriver à un tel score il faut avoir des spectateurs qui ne vont presque jamais au cinéma !!!

Récapitulatif
1ère semaine 479 294
Fin de carrière 3 556 000
Coef P/P 9,9
Côte succès* 7,41
*ratio fin de carrière/1ère semaine

propulsé par DotClear