Analyse de l'actualité et du box-office cinématographique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

06 oct.

Plaidoyer pour Tom Cruise

J'ai eu le bonheur de revoir récemment Jerry Maguire de Cameron Crowe (1996) et surtout de contempler l'incroyable jeu d'acteur de Tom Cruise.
Il y campe un agent sportif égocentrique qui décide du jour au lendemain de tout plaquer et de se rappeler à l'essentiel. A vrai dire, depuis qu'il deffraie la chronique pour cause de religion suspecte, de bébé suspect, d'épouse suspecte, de sexualité suspecte, j'ai toujours été une fervente défenseuse de celui qui est pour moi le plus grand acteur actuel.

Qu'on arrête de lui reprocher des faits qui ont exclusivement trait à sa vie personnelle! A la poubelle les Gala, Closer, Voici et autres torchons sans consistance.
On s'en moque!

Et qu'on se penche plutôt sur sa filmographie géniale et qui ne cesse de nous étonner et de nous bluffer depuis plus de 20 ans. Je me souviens encore du rôle ridicule qu'il tenait dans Top Gun (1986- je n'avais alors encore vu aucun de ses autres films (carrière commencée en 1981 avec Endless Love alors qu'il n'avait que 19 ans).
Mais le ridicule ne l'a pas tué ! Au contraire !
Car moins d'une année après le voilà aux côtés de Paul Newman dans un film de Martin Scorsese (The Color of money) et deux ans plus tard en train de jouer, sous la caméra de Barry Levinson, le frère de Raymond Babbitt (Dustin Hoffman) dans Rain Man (1988),dont on ne saurait rappeler le succès.
Laissez moi encore vous rappeler: Né un 4 juillet (1989) où il tient le rôle d'un vétéran du Vietnam, des hommes d'honneur (1992), la firme (1993), entretien avec un vampire (1994) et j'en oublie d'autres...
Et avec la maturité, il a su choisir des rôles d'une extrême difficulté: eyes wise shut (1999), magnolia (1999), vanilla sky (2001) et enfin collateral (2004).

Je n'écris pas pour vous rappeler sa filmographie géniale et exemplaire...non... Mais pour vous rappeler que l'essentiel chez un acteur c'est de vous faire rêver.
Tom Cruise n'est pas seulement une beauté plastique c'est un artiste. Peu importent ses folies passagères, sa religion, voire son prosélytisme. Tout cela ne doit pas vous faire oublier l'essentiel chez cet acteur... Que c'est un grand, le plus grand. Il ne connaît pas seulement tous les registres. Il excelle dans chacun d'eux.

Alors, finies les calomnies. On parle de cinéma non ?

06 oct.

Analyse box-office s39

  1. Indigènes 834 805 (460)
  2. Le diable s'habille en Prada 650 335 (505)
  3. Les Aristos 222 813 (396) 587 994
  4. World Trade Center 193 154 (419) 584 256
  5. Quand j'étais chanteur 141 068 (410) 775 179
  6. Je vais bien ne t'en fais... 103 510 (316) 680 945
  7. Little Miss Sunshine 92 796 (95) 425 012
  8. Président 77 973 (306) 260 146
  9. Pirate des Caraïbes 61 500 (263) 6 426 177
  10. Le Vent se lève 55 134 (339) 846 080

Je dois m'incliner, finalement Indigènes rempli son contrat et fait une belle 1ère semaine avec plus de 834 000 entrées et une belle moyenne de 1 800 s/c. Le bouche à oreille étant globalement positif, le film devrait se maintenir correctement (je me demande toujours si le traitement plus orienté actualité que cinéma ne lui sera pas préjudiciable) et les 2,5 millions d'entrées sont maintenant à sa portée.

Le diable s'habille en Prada fait également une belle première semaine. Le distributeur devait y croire car la combinaison de salle est la plus importante de la semaine. La moyenne est bonne 1 280 s/c, les réactions sont positives ce qui nous laisse également présager d'une bonne carrière avec peut être un 2 millions à la clé ?

Les aristos boucle le podium de la semaine avec ce qui reste pour moi encore un mystère. Tout semblait présager d'un gros bide: critiques, accueil public, affiche affreuse. Et pourtant le film tient finalement son rang, la moyenne est en baisse mais ce n'est pas non plus ridicule (560 s/c), le film peut faire les 800 000 entrées.

Par contre WTC s'effondre et sa moyenne s'écroule (460 s/c). Bref, c'est la cata. Ca va être dur de le maintenir sur autant d'écrans, ca promet une fin de vie dans peu de temps.

Il y a ensuite une belle collection de film entre 150 000 et 100 000 avec pourtant beaucoup d'écrans, c'est le cas de Quand j'étais chanteur, Je vais bien ..., Président. Si tous ces films ont comme point commun d'être soutenu par leur distributeur, leur fortune est diverse. Quand j'étais... décoit et le million s'éloigne, Président ne se redresse pas et Je vais bien montre des signes d'essouflement après avoir largement rempli sont contrat.

Litlle miss sunshine fait encore une moyenne remarquable avec 970 s/c, encore une fois pourquoi ne pas élargir sa distribution ? (même si maintenant ca parait un peut tard).


propulsé par DotClear